un métier mal-aimé, et surtout méconnu



Publié le 2 décembre 2019 à 11H10

Souffrant d’une réputation sulfureuse, les agents de footballeurs représentent pourtant un maillon essentiel du « foot-business ». Si certains d’entre-eux brillent surtout par les montants qu’ils amassent, d’autres, comme Bakari Sanogo ou Jacques Lichtenstein, rehaussent l’image d’une profession mal-aimée et surtout, méconnue.

Découvrir l’article original