Avec la canicule précoce, il y a de l’électricité dans l’air en Irak

Indispensables ventilateurs à l’arrêt forcé dans des hôpitaux, matches de foot interrompus tous les quarts d’heure, denrées alimentaires gâtées dans des réfrigérateurs sans courant: en Irak, le thermomètre atteint des records et annonce un nouvel été de crise.

En juin, les températures ont déjà grimpé à 48 degrés, un chiffre habituellement enregistré en juillet et août.

Pour créer un peu de fraîcheur, ventilateurs, airs conditionnés et autres réfrigérateurs ont été poussés au maximum, faisant bondir la consommation d’électricité.

Mais le réseau décrépi qui laisse déjà s’échapper dans des tuyaux percés jusqu’à 40% de la production d’électricité du pays, selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), ne peut faire face à…

Lire l’article original