Procès de Christophe Dettinger : «Il est évident qu’il a tort mais on est là pour comprendre»

L’homme au visage fatigué et au teint gris prisonnier aurait préféré se fondre parmi les anonymes qui défilent chaque jour aux comparutions immédiates, n’être qu’un visage dans le flux grande vitesse, un destin un peu cabossé parmi les autres. Sauf que, pour le «dossier numéro 2 », le sablier s’est égrené pendant plus de sept heures, le public s’est pressé en masse dans la salle d’audience et rien de moins que trois avocats – Mes Laurence Léger, Hugues Vigier et Henri Leclerc – ont enfilé leur robe noire. Christophe Dettinger, 37 ans, doit composer avec cette notoriété indésirée : il est devenu aux yeux des médias «le boxeur» ou «l’ex-boxeur». Qualificatif qui correspond autant à son ancienne activité…

Découvrir l’article original

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *