in

Pour les familles du charnier de la fac Descartes, «ne pas savoir peut être pire que de savoir»

Habituellement, Agnès, 61 ans, évite d’emprunter la rue des Saints-Pères dans le VIe arrondissement de Paris où se trouve la fac de médecine Paris-Descartes. Il y a un an, cette Parisienne a découvert avec effroi le scandale du charnier qui y a été découvert dans une enquête de l’Express. Conservées dans des…

Lire l’article original

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les corps des visons abattus et enterrés à cause du coronavirus remontent à la surface

Les corps des visons abattus et enterrés à cause du coronavirus remontent à la surface

Les réactions se multiplient après la violente agression du producteur de musique noir par des policiers

les réactions se multiplient après l’agression du producteur de musiques