Izia dans les bras de son père

Aujourd’hui, c’est sans son père qu’elle va devoir apprendre à vivre. Une épreuve pour la jeune femme qui, contrairement à ses demi-frères, Arthur H et Ken, a eu le bonheur de grandir aux côtés de son papa. « Izïa, c’est la vie. Je ne manque jamais une occasion de la voir sur scène, j’adore la façon dont elle tire les gens, dont elle les porte. C’est ma seule fille… Je l’ai eue à 50 ans et je m’en suis vraiment occupé« , confiait-il en septembre 2016 à Télérama, assurant qu’il n’avait « pas de mots pour dire ce qu’elle représente« .

À sa fille unique, Jacques Hige­lin avait écrit plusieurs chan­sons : Ce qui est dit doit être fait et Ballade pour Izïa, deux titres qui figuraient sur son album Illi­cite, sorti en 1991 un an après la nais­sance…

Découvrir l’article