Les plaies toujours ouvertes de la mine d’or de la forêt hondurienne

Plus de soixante ans après l’exploitation de ses riches gisements d’or et d’argent, la forêt de La Tigra, à une quinzaine de kilomètres de la capitale du Honduras, exhibe encore ses plaies.

Déclarée réserve forestière en 1980, La Tigra a été livrée de 1880 à 1954 au groupe minier américain The New York and Rosario Mining Company. Les 24.000 hectares de la réserve sont habités par des félins, des cervidés, des singes, des reptiles et une multitude d’oiseaux, dont le très rare et farouche quetzal.

Mais aujourd’hui encore, malgré leur reconquête par la végétation, les effondrements de galeries et de tunnels entre les roches ouvertes à la dynamite témoignent de la violence infligée à la terre.

L'entrée d'un ancien tunnel de mine à San Juancito, le 4 février 2020 au Honduras (AFP - ORLANDO SIERRA)

L’entrée d’un ancien tunnel de mine à San…

Découvrir l’article original