Les écrivains face à leurs nuits blanches

Source de stress ou d’inspiration, l’insomnie accompagne de près la littérature. Notre enquête. 

Tahar Ben Jelloun ne nous avait pas habitués à cela. L’écrivain, souvent considéré comme un sage, nous entraîne dans son « Insomnie », un quasi-thriller. Son héros, qui souffre de longues heures sans sommeil, comprend qu’en tuant l’un de ses congénères il obtient une sorte de crédit sommeil. Mais le crédit s’épuisant, l’opération doit être renouvelée. Sans cesse. Ce roman jubilatoire, mâtiné d’humour et de réflexions sur la vie et le rapport aux autres, ne cesse de nous surprendre.

Lorsque Tahar Ben Jelloun a perdu sa mère en 2002, il s’attendait à ne pas fermer les yeux avant le lever du jour. Ce fut l’inverse. Libéré de l’anxiété face à…

Découvrir l’article original

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *