« Le rugby français de haut niveau a besoin d’une cure de désintoxication »

 

Owen Farrell, n° 10, chef d’orchestre et capitaine éclairant du Quinze d’Angleterre (Photo DR).

Un grand Quinze d’Angleterre, découpant en rondelles (44-8) une équipe de France égale à elle-même, nous fait toucher du doigt le gouffre qui sépare deux conceptions du plus haut niveau ovale. Ce ne sont pas seulement les Bleus qui ont été lourdement battus à Twickenham dans le deuxième match du Tournoi des Six Nations. Mais l’ensemble d’un système français qui a conduit au fil des ans à un tel décrochage.

Certes l’Angleterre, remodelée par l’entraîneur australien Eddy Jones, arrive à belle maturité. Le Quinze de la Rose, consacre sa troisième année sous magistère Jones au thème de l’offensive après avoir centré les deux premiers exercices…

Découvrir l’article original

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *