Le compositeur Mauricio Kagel, la liberté et l’audace

L’image avait, pour ce compositeur iconoclaste, autant d’importance que le son. Mauricio Kagel s’est adonné au cinéma et au théâtre musical, avec la même soif d’expérimentation.

Depuis le début du mois de mars, les Monégasques croisent tous les jours un énergumène d’âge moyen, torse nu, le visage peint en vert, rouge et jaune, un instrument de musique bariolé dans les mains. Sur les affiches annonçant le festival Printemps des arts de Monte-Carlo, se tenant du 15 mars au 14 avril, l’œil malicieux de Mauricio Kagel (1931-2008) accroche le regard. Nul autre que lui n’incarne cet Indien dans la ville. Et rien ne ressemble plus à ce compositeur iconoclaste que la…

Lire l’article original

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *