in

L’Art déco méprisé par le ministère de la Culture

L’Art déco méprisé par le ministère de la Culture

Il y a eu l’Autoportrait place Vendôme de Boutet de Monvel, puis la chaise longue de Jacques-Émile Ruhlmann, et certainement beaucoup d’autres dont nous n’avons pas eu connaissance. Il y aura désormais le fumoir de Jean Dunand. Incontestablement, le système des trésors nationaux, déjà passablement troué pour l’art plus ancien, est une véritable passoire pour tout…

Lire l’article original

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Villeurbanne, première « Capitale française de la culture » en 2022

Villeurbanne, première « Capitale française de la culture » en 2022

Au Ghana, l’avant-garde artistique gagnée par la fièvre des NFT

Au Ghana, l’avant-garde artistique gagnée par la fièvre des NFT