Invisible Man, ça se laisse voir [Critique]



Invisible Man Elisabeth Moss
2020 Universal Pictures

Leigh Whannell « upgrade » le mythe de l’homme invisible pour en tirer une fable post-MeToo. L’idée est maligne mais le résultat plutôt convenu.

Universal ayant, depuis le flop de La Momie, tiré un trait sur le projet « Dark Universe » (un univers…



Voir l’article sur Premiere.fr