Gestion de la peur, placebo et… chloroquine !

Il n’y a pas plus anxiogène et donc de terrifiant qu’une terrible maladie contre laquelle vous ne pouvez rien faire.
Vous êtes là, impuissants, face à la fatalité et vous attendez le diagnostic, sans espoir.

Lorsqu’il s’agit de drames individuels, comme le cancer, c’est une souffrance et une gestion individuelle de la peur et de l’anxiété.

Lorsque vous êtes confrontés à une épidémie de grande envergure, vous n’êtes plus dans un drame personnel, individuel, mais dans un psychodrame collectif.

La nécessité de gérer la peur…

Lire l’article original