Côte d’Ivoire : la liberté conditionnelle de Gbagbo, une « arnaque » pour ses partisans

La Cour pénale internationale a libéré sous conditions, vendredi, l’ancien président, après son retentissant acquittement il y a deux semaines de crimes contre l’humanité.

Par Cyril Bensimon Publié aujourd’hui à 01h00, mis à jour à 02h32

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

Des partisans de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo réagissent à l’annonce de sa mise en liberté conditionnelle, le 1er février à Abidjan.
Des partisans de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo réagissent à l’annonce de sa mise en liberté conditionnelle, le 1er février à Abidjan. LUC GNAGO / REUTERS

« Des acquittés en liberté conditionnelle, c’est du jamais vu. Une arnaque. Tout cela, c’est pour les empêcher de rentrer dans leur pays. » Emmanuel n’entend rien cacher de sa colère aussitôt rendue la décision de la Cour pénale internationale (CPI) concernant…

Découvrir l’article original