Côte d’Ivoire : la liberté conditionnelle de Gbagbo, une « arnaque » pour ses partisans

La Cour pénale internationale a libéré sous conditions, vendredi, l’ancien président, après son retentissant acquittement il y a deux semaines de crimes contre l’humanité.

Par Cyril Bensimon Publié aujourd’hui à 01h00, mis à jour à 02h32

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

Des partisans de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo réagissent à l’annonce de sa mise en liberté conditionnelle, le 1er février à Abidjan.
Des partisans de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo réagissent à l’annonce de sa mise en liberté conditionnelle, le 1er février à Abidjan. LUC GNAGO / REUTERS

« Des acquittés en liberté conditionnelle, c’est du jamais vu. Une arnaque. Tout cela, c’est pour les empêcher de rentrer dans leur pays. » Emmanuel n’entend rien cacher de sa colère aussitôt rendue la décision de la Cour pénale internationale (CPI) concernant…

Découvrir l’article original

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *