Coronavirus: « Mieux vaut de faux espoirs que de vrais morts »

« Pourquoi ne pas essayer l’hydroxychloroquine in vivo ? », autrement dit, cet anti-paludéen recommandé par le Pr Didier Raoult sur les personnes contaminées par le coronavirus, interroge Jean-Michel Claverie, professeur émérite de génomique et bioinformatique à l’école de médecine d’Aix-marseille. L’administrer, c’est peu ou prou pratiquer « de la médecine de guerre », comme il l’a déclaré à Sciences et Avenir. Et ce, lors d’une crise sanitaire due au coronavirus Sars-CoV-2 comme celle que nous sommes en train de vivre. Lors d’une atteinte de Covid-19, « c’est bien sûr le plus tôt possible qu’il faut administrer (cette hydroxychloroquine) pour enrayer l’évolution vers la pneumonie ». C »est ainsi qu’il s’exprime dans la « Revue politique et parlementaire »,…

Découvrir l’article original