Congrès de l’alto : trois jours pour célébrer un instrument longtemps sous-estimé

Longtemps considéré comme le mal-aimé de l’orchestre, l’alto retrouve aujourd’hui ses lettres de noblesse. Les blagues sur les altistes ne sont plus qu’une vieille tradition et la réputation des classes d’alto remplies de mauvais violonistes, un mythe. La nouvelle génération choisit cet instrument pour son timbre particulier, son rôle essentiel dans l’orchestre, le quatuor à cordes, ou même en tant que soliste, et les compositeurs et compositrices nourrissent le maigre répertoire qui lui était jusqu’alors attribué. 

Et pour s’en convaincre, l’association franco-européenne de l’alto organise tous les deux ans un congrès qui célèbre cet instrument à travers des concerts, master class et tout un programme construit autour de la lutherie. « Le prix des…

Lire l’article original

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *