Aux urgences, la grève est bien en place

Paris – Cinq mois après le début du mouvement, la grève des urgences n’a jamais été aussi étendue, malgré la prime accordée au début de l’été par le gouvernement, qui va devoir trouver d’autres réponses pour faire retomber la tension.

Redon, Verdun, Bastia, Castres… Au fil des jours, la liste des services d’urgence en grève ne cesse de s’allonger. Le collectif Inter-Urgences, à l’origine de ce mouvement social inédit, en dénombrait 217 vendredi. 

C’est près de la moitié des hôpitaux publics dotés d’une structure d’urgence – un tiers en comptant les établissements privés,…

Lire l’article original