Autisme et Alzheimer : des robots médiateurs ?

Plutôt qu’un robot compagnon, une équipe de chercheurs suggère le « robot extension », un peu comme une prothèse en communication. Le patient reste le sujet et les premiers résultats sont étonnants. Analyse de Sophie Sakka, roboticienne qui dirige le projet.

Une fois par mois, retrouvez sur notre site les Inédits du CNRS, des analyses scientifiques originales publiées en partenariat avec Libération.

  
La médiation robotique consiste à utiliser un robot comme intermédiaire entre une personne et le monde qui l’entoure. Dans le cadre des programmes Rob’Autisme et Rob’Zheimer, initiés par l’association loi 1901 Robots !, notre équipe mène depuis 2014 des recherches sur la médiation robotique dans…

Découvrir l’article original