« Aujourd’hui, il faut passer du “je” au “nous” »

Entretien avec Grégoire Borst, directeur du Laboratoire de psychologie du développement et de l’éducation de l’enfant, sur la façon dont les biais de raisonnement influent sur nos comportements… dans la vie de tous les jours et pendant la crise du coronavirus.

Vous êtes spécialiste de neurosciences cognitives de l’éducation. Vous vous intéressez notamment aux mécanismes de pensée qui nous conduisent, enfants comme adultes, à prendre parfois de mauvaises décisions… Pouvez-vous nous en dire plus ?
Grégoire Borst  : Notre cerveau, c’est 2 à 5 % à peine de notre masse corporelle, mais 20 % de l’énergie que nous consommons et 80 % de l’oxygène que nous absorbons. Le faire fonctionner est très coûteux, et nous avons besoin de…

Découvrir l’article original