Nouvelles fraîches !
Home / MUSIC / Au festival d’Aix-en-Provence, on voyage dans le temps… et on se perd parfois en route – Musiques

Au festival d’Aix-en-Provence, on voyage dans le temps… et on se perd parfois en route – Musiques

Une claque, une (bonne) surprise, une déception : après le “Requiem” de Mozart et la “Tosca” de Puccini, les festivaliers aixois ont quitté les XVIIIe et XIXe siècles pour se rapprocher de leur époque. 

Fini les joies (et les aléas) du plein air au Théâtre de l’Archevêché, la première semaine du festival d’Aix s’est terminée à l’abri des caprices de la météo, dans le vaste espace du Grand Théâtre de Provence et le cadre plus intimiste du Théâtre du Jeu de paume. 

Après le Requiem méditatif de Mozart, Romeo Castellucci et Raphaël Pichon, et la Tosca expérimentale de Puccini et Christophe Honoré, on s’attendait à peu près à tout. Mais…

Lire l’article original

webissimo.biz