Après le rejet du budget, l’Espagne se dirige vers des élections anticipées

Le premier ministre socialiste, Pedro Sanchez, n’a pas réussi à trouver une majorité au Parlement pour voter le budget présenté. Il est désormais fragilisé.

Par Sandrine Morel Publié aujourd’hui à 11h08, mis à jour à 11h12

Temps de Lecture 5 min.

Article réservé aux abonnés

Le premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, lors du débat parlementaire sur le budget, à Madrid, le 13 février.
Le premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, lors du débat parlementaire sur le budget, à Madrid, le 13 février. SERGIO PEREZ / REUTERS

C’est un coup dur pour le fragile gouvernement socialiste de Pedro Sanchez, au pouvoir depuis huit mois. Un coup sans doute mortel, qui devrait signifier sa fin prématurée. Mercredi 13 février, l’exécutif espagnol n’est pas parvenu à rassembler une majorité de voix au Parlement autour de son projet de loi de finances…

Découvrir l’article original

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *