À l’Opéra Bastille, les “Indes Galantes” ne valent pas forcément le détour – Musiques

Leonardo García Alarcón doit jubiler : le chef baroque nous confiait, il y a quelques semaines, apprécier qu’un spectacle suscite des réactions radicalement opposées (1). Et c’est ce qui se passe avec l’opéra-ballet Les Indes Galantes, de Jean-Philippe Rameau, qu’il dirige jusqu’au 15 octobre à l’Opéra Bastille dans la mise en scène du plasticien-cinéaste-vidéaste Clément Cogitore et la chorégraphie de Bintou Dembélé — et qu’on pourra voir en direct, ce jeudi, au cinéma et sur Arte Concert. Aux critiques souvent cinglantes se juxtapose un énorme succès public. Le hiatus s’expliquant simplement : les déçus (dont nous sommes) n’attendaient probablement pas la même chose que les enthousiastes.

Cadeau…

Lire l’article original